BUSINESS BYTES

Ne jetez plus !

  • Publié il y a 2 ans
  • 2 min de lecture

Les responsables des entreprises exigent des rapports de plus en plus complexes et en temps réel sur les ventes et autres paramètres. Les clients souhaitent quant à eux bénéficier de réponses immédiates à leurs questions, de services parfaitement intégrés et d'un accès permanent aux informations de compte, de facturation et d'assistance. Les dirigeants d'entreprise ont besoin de systèmes d'information rapides, rentables et qui les aident à se démarquer de la concurrence. Il n'est donc pas étonnant que l'on demande constamment aux responsables de l'informatique de fournir et communiquer des données parfaitement à jour sur l'entreprise ! Quel que soit le secteur d'activité, le flot ininterrompu d'informations occupe une place centrale dans le fonctionnement de toute entreprise : on exige donc de plus en plus des systèmes informatiques parfois anciens.

Or, on associe trop souvent à tort ce qualificatif d'« ancien » à quelque chose de négatif. Cet adjectif semble résumer tout ce qu'un DSI est censé abhorrer. Cela explique pourquoi la stratégie qui consiste à jeter l'ancien pour le remplacer par du neuf est si répandue : la plupart des DSI seraient heureux de repenser leur infrastructure et de se lancer dans un renouvellement technologique complet. Plutôt que d'étendre les capacités d'une plate-forme ou fonctionnalité existante, nous préférons souvent jeter et remplacer car nous rêvons alors de mises à niveau globales, de faire table rase et de prendre un nouveau départ.

Rien n'est pourtant plus éloigné de la réalité. Notre faible pour la stratégie du jeter/remplacer montre que nous n'avons pas suffisamment confiance dans l'évolutivité et l'adaptabilité des systèmes informatiques actuels. Nous pourrions être tentés de faire porter le chapeau aux fabricants et revendeurs de ces systèmes. Pourtant, ce manque de confiance n'est dû à rien d'autre qu'à des lacunes organisationnelles. En général, l'achat d'une nouvelle technologie vient répondre à un problème présent, et non futur. Il est très rare que les entreprises acquièrent une technologie afin de se prémunir contre des difficultés qui pourraient apparaître dans les années à venir. Par conséquent, beaucoup ont peur que des mises à niveau se passent mal ou que les anciens systèmes n'arrivent pas à suivre, ce qui les mène à croire que le seul choix viable est de repartir à zéro.

Il faut également tenir compte du fait que le remplacement des anciens systèmes, qui sont étroitement imbriqués dans l'infrastructure de l'entreprise, n'est pas uniquement l'affaire du service informatique. Les bouleversements à grande échelle ont d'importantes répercussions en termes de recrutement et de formation, affectant, au bout du compte, la rentabilité de l'entreprise. Aucune entreprise ne peut véritablement se permettre de remplacer tous ses systèmes à chaque fois qu'elle rencontre des difficultés techniques.

Pour être agile, elle doit être en mesure de modifier et d'adapter ses systèmes rapidement, efficacement et en toute sécurité. Ceux qui prennent de bonnes décisions concernant l'évolution de la technologie ne se limitent pas à résoudre leurs problèmes actuels : ils pensent à se doter des moyens qui leur permettront d'affronter les problèmes de demain.

Il est donc impératif pour un DSI de s'impliquer dans la planification à long terme. Lorsque des dirigeants d'une entreprise se réunissent pour décider de l'orientation à prendre à long terme – 10 ou 20 ans – ; le DSI doit participer aux discussions, afin de pouvoir planifier efficacement l'évolution des technologies. Pour prévoir son avenir, une entreprise doit bien sûr établir qui seront les consommateurs de demain et quels seront leurs besoins, mais elle doit également se demander dans quelle mesure la technologie qu'elle emploie sera encore adaptée.

Face aux difficultés et aux problèmes ardus que posent parfois les systèmes informatiques dont nous disposons déjà, il est très facile de se laisser tenter par l'acquisition d'une solution autonome flambant neuve et de tout reprendre à zéro. Pourtant, la vraie bonne attitude est d'être prévoyant et de choisir une infrastructure évolutive et capable d'accueillir de nouvelles fonctionnalités afin que l'entreprise puisse s'adapter à des situations qu'elle ne peut pas encore prévoir. En d'autres termes, ne jetons plus, mettons-nous simplement à la page.